Image Blog

mon-introduction-au-minimalisme

Par où j’ai commencé ?

En général, quand lors d'une conversation, on évoque le minimalisme on imagine une maison bien rangée, organisée, au style épuré, où chaque objet est à sa place.

Ça peut être le cas en effet, mais dans ce cas on évoque ici que le design, le style, la déco… En d’autres termes les possessions matérielles.

Adopter un mode de vie minimaliste va beaucoup plus loin, il commence indéniablement par le grand ménage de ses pensées, par le tri drastique de ce qui encombre l’esprit, en résumé par un travail d’introspection.

Effectivement les questions que je me suis posées, m'ont amenée à revoir mon mode de vie et mon état d’esprit et à changer ma façon de consommer, notamment en optant pour des achats plus responsables et plus respectueux de l'environnement mais, pas seulement !

Ce cheminement vers le minimalisme a impacté la gestion de mon temps, le choix de mes activités, de mes relations, la façon de me soigner, de me nourrir, de prendre mes décisions en général. Si je devais résumer, je pourrais dire que j’ai appris à ralentir, à intégrer de la douceur et de la légèreté.

Alléger mon quotidien m’a permis de vivre mieux, d’être alignée avec mes valeurs profondes.

Mais comment apprendre à se connaître ? Quelles questions se poser et quels exercices pratiquer ?

Les techniques ou exercices pour regarder à l’intérieur de soi sont multiples, pour ma part l’écriture et les longues marches en solitaire ont été les plus efficaces pour me connecter à moi-même.

Depuis toujours l'hyperactivité fait partie de mon quotidien, être en mouvement continu, en pensée continue étaient, je le sais aujourd’hui, une forme de fuite.

Ralentir pour laisser de la place au vide s'est avéré indispensable.

Là où, plus jeune, je voyais le vide comme un sentiment désagréable et douloureux, j'apprenais pas à pas à le découvrir comme étant la clé de « ma cellule de prison ».

Pourquoi cette image de la prison ? Parce que j’ai compris à quel point j’étais enfermée dans ma tête, paralysée par des habitudes et des peurs souvent absurdes…

Je me souviens que l’une de mes premières réflexions a été au sujet des réseaux sociaux et du temps que j’y passais, des choses que je partageais dessus et dans quel but ?

Chaque matin, comme un corps sans âme, je consultais Facebook, instagram, snapchat...

Mais pourquoi faire ? Qu‘est-ce que ça m’apportait réellement, quel épanouissement là dedans ?

Finalement je me surchargeais encore et toujours plus d’un bazar mental.

J’ai tout d ‘abord diminué le temps passé dessus en le remplaçant par des routines matinales bien plus bénéfiques : une petite heure d’écriture, de lecture, de méditation ou même une balade dans les rues encore désertes seule avec moi-même.

Au fil de mes réflexions, le tri s’est poursuivi tout naturellement et celui dans mes affaires a été salutaire et tellement satisfaisant !

Le désencombrement s’est fait étape par étape, sans aucune contrainte.

  • Donner ce que je n’utilise plus et faire une bonne action, ou même revendre sur les sites d’occasion en économisant pour des choses essentielles comme les travaux de la maison par exemple.

  • Acheter essentiellement en seconde main et/ou plus responsable en ayant conscience de l’impact écologique positif.

  • Remplacer ses produits du quotidien par leur version éco-responsable et diminuer les déchets dans la poubelle. Qu’il s’agisse des produits de beauté, d’avoir moins d’emballage plastique dans la cuisine en décidant par exemple de ne plus acheter de bouteille d’eau mais d’investir dans des gourdes en inox etc

Les challenges ayant toujours fait partie de ma vie, j’ai entamé un carnet de défi où j’y notais et y note encore toutes mes expériences minimalistes et leurs effets sur mon bien-être.

Cette simplicité volontaire m’apporte fierté et plaisir au quotidien. Donner un sens à mes actions, me sentir investie d’une mission et avoir envie de vous la transmettre pour qu’ensemble on aille plus loin. C’est comme cela que Kit&co a vu le jour et j’espère saura vous apporter les réponses à vosquestions et vous guider vers des alternatives de consommation plus respectueuses de l’environnement et de vous-même.

Vous y trouverez par exemple des cosmétiques naturels, éthiques, solidaires, bio https://kiteco.fr/12-cosmetiques-naturels

Mais aussi de la mode éthique, écologique et économique https://kiteco.fr/16-mode-ethique

Des accessoires zéro déchet https://kiteco.fr/14-zero-dechet

etc

Comment mon cheminement vers le minimalisme m’a rendue plus libre ?

Qui n’est jamais rentré chez soi avec un vêtement qui est finalement resté au fond du dressing encore étiqueté ?

Avec un objet de déco qui même après réflexion ne trouve pas d’emplacement possible ou libre ?

Qui n’a jamais fait de gâchis alimentaire parce qu’à en avoir trop en stock, la date de péremption a été largement dépassée?

Les exemples sont nombreux … Mais tout ce qu’il faut retenir c’est que nous vivons évidemment dans une société de surconsommation, où nous agissons sans prendre le temps de réfléchir au sens de nos actions.

Nous accumulons des choses car souvent cela est rassurant, dans une société où l’apparence est, à tort, synonyme de réussite, avoir une belle maison pleine d’objets , une belle voiture, des beaux vêtements si possible très coûteux vous placera en haut de l’échelle aux yeux du monde.

Mais dans votre regard à vous ? Celui qui cherche au fond.

Etes-vous heureux ainsi ?

Agissez-vous librement quand vous remplissez frénétiquement la maison, le dressing et le frigo ?

Me poser ces questions m’a complètement libérée, je vous partage une citation qui me parle beaucoup :

« Un rebelle est celui qui ne réagit pas contre la société. Il observe et comprend tout le manège et il décide simplement de ne pas en faire partie. Il n'est pas contre la société, il est plutôt indifférent à ce qui s'y passe. C'est la beauté de la rébellion : la liberté. Le révolutionnaire n'est pas libre. Il est constamment en train de se battre, de lutter avec quelque chose « Osho Rajneesh


Cette pensée s’applique tout à fait à la mienne, je ne lutte pas contre qui que ce soit, j’ai simplement décidé de me libérer de mes propres chaînes en choisissant mon mode de vie, sans aucune pression extérieure. Me débarrasser de toutes choses inutiles n’avait jamais autant rempli mon âme !

Ludivine AURE.

Leave a Comment

Your email address will not be published.